TEC
Travail Et Culture

 

 

Le projet connu sous le diminutif de POOP (Partage d’oeuvres, Oeuvres en partage) permet chaque année de sensibiliser les élèves à l’art contemporain.
L e M a T r i C e . . . a été invité à participer à ce projet en 2015.
Durant une semaine de résidence à Moly Sabata (fondation Albert Gleizes), nous avons travaillé avec deux classes d’élèves de l’école de Sablon à partir de L’Art de bruire.

Une pièce audiovisuelle a été réalisée à partir de moments d’improvisation avec les élèves.

 Si le Manifeste de Russolo questionne l’esthétique, L e M a T r I C e . . . questionne au-delà d’une forme: le rôle et la place de l’acte artistique aujourd’hui.
Et ce qui revient au centre en permanence de la création est l’Humain.

Le collectif a donc proposé un travail en lien avec la performance et ce via un travail partagé avec les élèves:

 

 

  • construction et manipulation de dispositifs sonores (objets du quotidien, percuteurs/moteurs, captations…).
  • construction et manipulation de dispositifs d’images (ombres chinoise, caméras microscopes, larsen vidéo, captations…).
  • découverte des outils propres à la création numérique (logiciels, périphériques, électronique embarquée…).

L’art de bruire est construit autour d’un scenario et d’une partition qui permet de modifier
le cours des événements à chaque représentation. Jouer est vraiment le maître mot :

Jouer des sons, des images, de la complicité.

C’est également le mélange d‘objets du quotidien ou de récupération et de la technologie numérique, des instruments de musique et d’image perfectionnés et de simples objets, tout cela pour produire des moments lyriques ou rythmés, denses ou épurés et … toujours dans une atmosphère ludique et poétique.